Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

Cotizasso, gérer les cotisations de vos adhérents

Autotest du sida : mode d’emploi Posté le 15/04/2015 - Par INES

Ils devraient être disponibles en pharmacie le 1er juillet 2015. En attendant, la Haute autorité de santé nous explique comment fonctionnent les autotests de dépistage du VIH.

Fin 2014, la ministre de la Santé Marisol Touraine a annoncé que les autotests de dépistage du sida seraient « disponibles en pharmacie au 1erjuillet 2015 ». Pour l’instant, aucun produit ne dispose du marquage CE, indispensable avant la mise en vente. On sait seulement qu’un fabricant français, la société AAZ, a fait une demande.

La Haute autorité de santé (HAS) a décidé de ne pas attendre la commercialisation de ces autotests pour communiquer sur ce sujet. Dans un document publié ce matin, 15 avril, elle fournit toutes les explications nécessaires à leur bonne utilisation.

C’est quoi ?

Il s’agit de tests rapides de dépistage du virus du sida, à faire soi-même. Le résultat s’affiche en moins de 30 minutes.

Dès cet été, ils s’achèteront en pharmacie, sans ordonnance. Le prix n’est pas encore fixé. Une chose est sûre : ces autotests ne seront pas remboursés par la Sécurité sociale.

Comment ça marche ?

Le test peut se faire de deux manières : soit à partir de la salive, soit à partir d’une goutte de sang.

Quand le faire ?

  • Après un rapport sexuel à risque (non protégé, rupture de préservatif…),
  • après une exposition accidentelle (contact avec du sang…),
  • après un partage de seringues ou de matériel souillés pour les toxicomanes…

Attention : les autotests détectent mal les infections de moins de trois mois. Si, par exemple, vous avez eu un rapport sexuel à risque récemment (moins de trois mois), il vaut mieux effectuer un test de dépistage classique (test Elisa par prise de sang) en laboratoire ou dans un Centre de dépistage anonyme et gratuit (CDAG). La liste sur le site de Sida info service.

Si le résultat est négatif

« En l’absence de comportement à risque dans les trois derniers mois, cela signifie que l’utilisateur n’est pas infecté »,explique la HAS. Pour autant, il ne faut pas arrêter de se protéger. Le préservatif reste d’usage.

Si le résultat est positif

Un autotest n’est jamais fiable à 100 %. Il va falloir confirmer le résultat par un test Elisa en laboratoire ou dans un CDAG.

En cas de doute ou d’inquiétude, la HAS recommande aux utilisateurs de contacter le numéro vert (gratuit et anonyme) de Sida info service : 0 800 840 800, accessible 24h sur 24 et 7 jours sur 7. On peut aussi demander conseil à son pharmacien.

Méfiance sur Internet 

La HAS met en garde contre l’achat d’autotests sur Internet, sauf dans les pharmacies en ligne dûment autorisées (la liste sur le site de l’Ordre des pharmaciens). Sur le web, certains produits prétendent avoir le marquage CE, alors qu’aucun dossier n’a encore été approuvé en Europe.

 

Article complet : http://www.santemagazine.fr/actualite-autotests-du-sida-mode-d-emploi-60346.html